Actualités Moreana Gazette Thomas More Thomas More Amici Thomae Mori Librairie



Sa vie, ses Oeuvres
  • Emissions Radio


  • Anniversaires jour après jour


    Scholar, Statesman, Saint
  • Erasme à von Hutten, 1519


  • Articles dans Moreana sur l'oeuvre de Thomas More
  • L'Utopie - édition de Mars 1518


  • Liens Web
    Contact


     
    Sir Thomas More (1478-1535)
    Scholar - Statesman - Saint
    par Germain Marc'hadour

         En 1509, Erasme appelait son ami Thomas More, qui avait alors 32 ans, omnium horarum hominem, "Un homme pour toutes les heures". En 1521, un manuel scolaire destiné aux jeunes Londoniens cite la formule de l'humaniste et propose la traduction A man for all seasons. En 1960, paraît à Londres une pièce portant ce titre : l'auteur, Robert Bolt, agnostique de souche anglicane, entend suggérer que Sir Thomas More n'est pas seulement une figure du passé national, mais un héros qui s'adresse à "toutes les saisons" de l'histoire.
        Modèle de charité et de fidélité à la conscience, More est plus célèbre encore par L'Utopie, oeuvre à la fois de voyage-fiction et de réflexion sur la vie en société. Ce que More paya de sa vie, ce fut sa fidélité à "la foi de la Sainte Eglise catholique". Et c'est pour cela qu'il fut canonisé, avec John Fisher (autre ami d'Erasme), décapité quinze jours avant lui. L'évêque et le chancelier sont fêtés conjointement le 22 juin. Chaque année, à cette date, des Amici Thomae Mori se donnent rendez-vous à Londres et Chelsea, à Paris et Washington, à Buenos Aires et Tokyo, et ailleurs, pour une liturgie solennelle, suivi d'agapes dans l'esprit d'un homme "né pour l'amitié".


         Lorsque l'Eglise, que More défendit par la plume et l'effusion du sang, le mit aux rang des bienheureux (1886) puis au calendrier des Saints (1935), "Thomas More" devint prénom de baptême dans les pays de langue anglaise, et fut choisi fréquemment par les novices lors des professions religieuses. Sous le vocable de S. Thomas More on érigea des paroisses, des écoles, des aumôneries universitaires, des résidences d'étudiants. Au total plus de mille institutions l'ont pour patron, y compris deux cathédrales aux Etats-Unis (Tallahassee et Arlington), et une trentaine d'églises dans la seule Rhénanie. Avocats, juges et hommes politiques honorent en lui l'aîné exemplaire, le fleuron parfait de leur corporation.
        Ayant préféré mourir plutôt que d'approuver le schisme de 1534, More est un avocat évident de l'unité ecclésiale : les anglicans le vénèrent à ce titre ; ils célèbrent sa fête le 6 juillet par des sermons que donnent alternativement, à Chelsea et Cantorbéry, des catholiques et des protestants. Et comme la chrétienté dont More refusait la fragmentation s'identifiait presque, à l'époque, avant la Réforme, avec l'Europe Occidentale, ce Londonien très patriote est également salué comme un prophète de l'unité européenne.


         Si l'Angleterre où il naquit, et L'Utopie qui naquit de son imagination sont des îles, la pensée de More est tout sauf insulaire : elle s'est abreuvée de philosophie grecque à la même source, et nourrie de la sagesse judéo-chrétienne par le commerce assidu de la Bible, des Pères, des mystiques rhéno-flamands et de la liturgie, elle-même quintessence de la tradition catholique. Tributaire de ce vaste héritage, More n'en est pas prisonnier, à preuve la société sui generis qu'il a créée, et dont les citoyens, bien que cultivés, ne connaissent ni Moïse, ni Socrate, ni Cicéron, ni S. Paul ; un monde aux antipodes de l'Angleterre par le seul fait que la propriété privée n'y existe pas.
         C'est pour l'amour de ce régime communautaire que Marx et Lénine ont vu en More un "Père de la Révolution" ; sur le "Stammbaum des modernem Sozialismus " à Trèves, son nom jouxte celui de Platon, et il figure sur une stèle publique de Moscou.Par les introductions à L'Utopie traduite dans la langue de leur pays, les Russes, les Croates, les Slovènes, les Chinois, etc. apprennent que ce pionnier de génie était tout le contraire d'un athée, ce qui les prépare à comprendre que le dernier chapitre, le plus long, soit consacré aux "religions des Utopiens". Cela donne à penser, et a plus d'une fois constitué une brèche dans le système qui présentait la science moderne comme émancipant l'esprit humain asservi jusque-là par la superstition.

                                                                                                          G.M.