Actualités Moreana Gazette Thomas More Thomas More Amici Thomae Mori Librairie



Qui sommes-nous ?


Dallas CTMS Nov 2016


Bruges 2016 - SCSC
  • Littérature et Géographie
  • Mirroirs et Images d'Utopie
  • Spiritual Masters
  • Traduire l'Utopie
  • Utopie et Tristesse du Christ
  • Margaret Roper et Erasme


  • Berlin 2015 - RSA
  • 16th and 17th Utopias
  • More and Publishing (I)
  • More and Publishing (II)
  • Humanism and spirituality


  • New York 2014 - RSA
  • Présentation
  • Géographie et Utopies I
  • Géographie et Utopies II
  • Géographie et Utopies III
  • More face à son temps
  • Connexions intertextuelles
  • More Circle I
  • More Circle II
  • Allocution à St Bart


  • Washington DC 2014 - TMS
  • Washington DC 2014


  • Paris 2012 - Amici Thomae Mori
  • Paris 2012 - Enregistrements


  • Autres Congrès
  • Montréal 2011
  • Venise 2010
  • Dallas 2008
  • Liverpool 2008


  • 2016 - avec M-C Phélippeau
    2013 - M-C P à Boulogne


    Thomas More à la radio


    Liens Web
    Contact

    Panels "en l'honneur de Clare Murphy" 

    samedi 29 mars

    Thomas More and His Circle II: "John Colet"


    Daniel J. Nodes
    - Baylor University, USA

    "John Colet, Jean Chrysostome et l'humanisme christocentrique"

                                                 Résumé de la communication de Daniel Nodes
     

    Pour beaucoup de religieux de la Renaissance, les commentaires qu'a fait Jean Chrysostome de l'Ecriture ainsi que ses homélies comportaient des conseils utiles à qui souhaitait retrouver une vie authentique et réorganiser l'Eglise. Sa rhétorique puissante et le fait qu'il rejetait toute interprétation allégorique étaient aussi gratifiants pour ceux qui rejoignaient le nouvel humanisme en réaction à la scolastique médiévale. Calvin, par exemple, écrivit une préface détaillée à ce qui devait être sa propre traduction française des homélies de Jean s'adressant à des chrétiens qu'ils soient très éduqués ou non. Chrysostome figure toujours en bonne place parmi les auteurs favoris, également du prêtre anglais John Colet, même si une littérature de seconde zone se contente de recycler les mêmes rares citations et les mêmes témoignages. Cette étude présente une nouvelle preuve textuelle de la présence des Pères de l'Eglise grecs dans la vision ecclésiale et pédagogique de Colet qui, connaissant assez peu le grec, lisait Chrysostome en traduction latine. Des passages du Commentaire de Colet sur 1 Corinthiens et sur la hiérarchie ecclésiastique sont comparés aux homélies de Chrysostome.



    Jonathan Arnold
     -
    Worcester College, University of Oxford, Great Britain

    "John Colet et Polydore Virgile: l'humanisme catholique et l'ecclésiologie"

                                                Résumé de la communication de Jonathan Arnold

    Cette communication examine la relation existant entre deux humanistes catholiques du début de l'ère moderne, qui tous les deux écrivirent abondamment sur le besoin de réforme de l'Eglise et des clercs. John Colet, doyen de St. Paul (1505–1519), et Polydore Virgile, archidiacre de Wells (1508–1546), se connaissaient très bien et étaient l'un et l'autre membres des  "Doctors Commons". Leurs œuvres littéraires révèlent une position énormément critique envers la conduite des clercs, dans ses sermons et ses conférences pour John Colet, et dans son De Inventoribus Rerum pour Polydore Virgile. En me basant sur les manuscrits originaux et les sources premières, je souhaite montrer que ces textes révèlent le désir partagé des deux hommes de retrouver une Eglise rénovée, hautement cléricale, qui ne serait plus en proie aux critiques des laïques. Je montre également que les deux hommes considéraient le  conciliarisme comme solution possible aux problèmes de l'Eglise, position qui leur a valu une opposition véhémente. Bien que, en fin de compte, ils furent déçus dans leur ambition, je suggère que Colet et Virgile sont restés fidèles à leur conviction que l'Eglise pouvait se réformer moralement et spirituellement sans avoir besoin de recourir à la Réforme.


     
    Daniel T. Lochman - Texas State University, USA

    "Spiritus, ecclesiae anima: Colet, Linacre et  un corps mystique galénique"

                                                                 Résumé de la communication de Daniel Lochman

    John Colet a fréquenté Thomas Linacre pendant environ trois décennies suivant leur séjour commun en Italie au cours des années 1490. Avant la mort de Colet en 1519, ils partageaient les mêmes contacts sociaux, pédagogiques et professionnels à Londres et aux alentours. Il n'est pas certain que Colet eût jamais connaissance des traductions latines originales qu'avait faites Linacre des œuvres médicales de Galien, la première traduction ayant été publiée en 1517. Cependant, dans plusieurs des écrits religieux de Colet, l'emprunt qu'il fait de la métaphore paulinienne du corps mystique montre son intérêt général pour l'anatomie, la physiologie et la psychologie galénique, qui se rapproche de l'intérêt professionnel de Linacre. Cette communication explorera ce que cela implique en termes de réforme de l'Eglise. En effet, les principes de Galien sont adaptés au corps mystique lorsqu'on considère le clergé comme les médecins spirituels qui doivent maintenir la santé de l'église matérielle, ses "esprits vitaux", jugés comparables à la chaleur artérielle et à l'air renouvelé dans le cœur et l'un comme l'autre contingents à l'esprit raffiné du cerveau (le pneuma de Galien) et aux esprits dérivés des fonctions moins nobles du corps.