Actualités Moreana Gazette Thomas More Thomas More Amici Thomae Mori Librairie



Qui sommes-nous ?


Dallas CTMS Nov 2016


Bruges 2016 - SCSC
  • Littérature et Géographie
  • Mirroirs et Images d'Utopie
  • Spiritual Masters
  • Traduire l'Utopie
  • Utopie et Tristesse du Christ
  • Margaret Roper et Erasme


  • Berlin 2015 - RSA
  • 16th and 17th Utopias
  • More and Publishing (I)
  • More and Publishing (II)
  • Humanism and spirituality


  • New York 2014 - RSA
  • Présentation
  • Géographie et Utopies I
  • Géographie et Utopies II
  • Géographie et Utopies III
  • More face à son temps
  • Connexions intertextuelles
  • More Circle I
  • More Circle II
  • Allocution à St Bart


  • Washington DC 2014 - TMS
  • Washington DC 2014


  • Paris 2012 - Amici Thomae Mori
  • Paris 2012 - Enregistrements


  • Autres Congrès
  • Montréal 2011
  • Venise 2010
  • Dallas 2008
  • Liverpool 2008


  • 2016 - avec M-C Phélippeau
    2013 - M-C P à Boulogne


    Thomas More à la radio


    Liens Web
    Contact

    PANEL 5 - samedi 29 mars

    Thomas More II:

    "Connections intertextuelles"



    Jeffrey S. Lehman
     - Hillsdale College, USA

    "A propos des contes politiques de Critias chez Platon et de Hythlodée chez More"

                                                Résumé de la communication de Jeffrey Lehman

    Cette étude se propose de comparer les récits politiques figurant dans deux des plus grandes œuvres utopiques de la littérature : le mythe de l’Atlantide, conté par Critias dans le Timée et Critias de Platon ; et le récit de l’Utopie, narré par Raphaël Hythlodée dans l’Utopie de Thomas More. En analysant les aspects littéraires de ces récits et de leurs narrateurs, nous tenterons d’approcher la philosophie politique incarnée dans les récits respectifs des deux régimes. Tout en privilégiant les textes de Platon et de Thomas More, la discussion abordera également quelques autres textes utopiques. Ce faisant, l’attention sera portée sur quelques-uns des thèmes perpétuels de la littérature utopique.



    Ana Cláudia Romano Ribeiro
     
    - Université de Campinas, São Paulo, Brésil

    "Connections intertextuelles entre l'Utopie de More et le De finibus bonorum et malorum de Cicéron (45 av. J-C)" 

                        Résumé de la communication d'Ana Claudia Ribeiro

    Dans son étude des « sources, parallèles et influences » de l’Utopie de More, Edward Surtz déclare que « les influences les plus évidentes sont les sources antiques ». Plus tard, il remarque que dans la composition de cette fiction, Platon et Plutarque sont aussi essentiels que Cicéron et Sénèque, ces philosophes étant « la source des croyances et des arguments des deux écoles discutées par les Utopiens, l’Epicurisme et le Stoïcisme. Le De finibus de Cicéron particulièrement est du plus grand intérêt, mais il reste encore à mener des études approfondies de l’influence de Cicéron et de Sénèque. » Nous n’avons trouvé, dans la bibliographie concernant l’Utopie et la littérature classique latine, aucune étude spécifique sur ce sujet qui ait été faite depuis 1965 jusqu’à ce jour. Dans cette communication, c’est par des analyses intertextuelles, spécialement celles que discutent Gian Biagio Conte et Alessandro Barchiesi, que nous examinerons quelques-unes des connections qui relient le libellus de More au De finibus.




    Concepción Cabrillana
     - Université de Santiago de Compostela, Espagne

    "Un voyage intertextuel: des Epigrammes de More à l'Utopie"

    (NB. La vidéo ne pas présente la totalité de la communication. Voir le résumé ci-dessous - et retrouvez l'article plus complet de l'auteur dans le Moreana de juin 2014)

            Résumé de la communication de Concepción Cabrillana

    Malgré les controverses encore vivaces sur le fait de savoir si More exprime (certaines de) ses opinions dans l’Utopie, la comparaison de cette œuvre avec plusieurs de ses épigrammes permet de trouver certaines similitudes concernant l’éventuelle pensée politique de l’auteur. La communication se propose de montrer ces similitudes à travers une analyse du lexique utilisé par More les deux œuvres. L’usage particulier de concepts tels que princeps, tyrannus, rex-regnum, respublica, ciuis, populus, bellum-pax et autres termes peut se révéler être la clé d'une interprétation juste.