Actualités Moreana Gazette Thomas More Thomas More Amici Thomae Mori Librairie



Qui sommes-nous ?


Dallas CTMS Nov 2016


Bruges 2016 - SCSC
  • Littérature et Géographie
  • Mirroirs et Images d'Utopie
  • Spiritual Masters
  • Traduire l'Utopie
  • Utopie et Tristesse du Christ
  • Margaret Roper et Erasme


  • Berlin 2015 - RSA
  • 16th and 17th Utopias
  • More and Publishing (I)
  • More and Publishing (II)
  • Humanism and spirituality


  • New York 2014 - RSA
  • Présentation
  • Géographie et Utopies I
  • Géographie et Utopies II
  • Géographie et Utopies III
  • More face à son temps
  • Connexions intertextuelles
  • More Circle I
  • More Circle II
  • Allocution à St Bart


  • Washington DC 2014 - TMS
  • Washington DC 2014


  • Paris 2012 - Amici Thomae Mori
  • Paris 2012 - Enregistrements


  • Autres Congrès
  • Montréal 2011
  • Venise 2010
  • Dallas 2008
  • Liverpool 2008


  • 2016 - avec M-C Phélippeau
    2013 - M-C P à Boulogne


    Thomas More à la radio


    Liens Web
    Contact




    Les corrections que fit Margaret Roper dans une lettre à St Cyprien,
    ou "Comment osez-vous contredire Erasme!"



          
     Eugenio M. Olivares Merino 
           
      Université de Jaén        
               

        
                Lorsque Margaret Roper (née More) lut l'édition d'Erasme des œuvres de St. Cyprien, – Opera divi Caecilii Cypriani episcope Carthaginensis (imprimées à Bâle en 1520) –, elle rencontra un passage qui n'avait pas beaucoup de sens. Et donc, écrit, Nicholas Harpsfield dans sa biographie de Thomas More, elle le corrigea "sans aucune aide d'un autre exemple, ni aucune consigne" (Harpsfield, 1963: 81). Presque 25 ans plus tard, après la mort de Margaret (1544), Jacobus Pamelius reconnut la modification apportée par Margaret dans son édition de 1568 des œuvres de St. Cyprien. 
                 Cette communication présente la preuve, jamais mise en évidence jusqu'ici, de l'importance éditoriale de la correction de Margaret, en même temps qu'une révision de toutes les sources de cet épisode. La communication aborde également le problème qui n'a pas (étonnamment) suscité la curiosité des chercheurs: pourquoi Erasme – qui avait fait l'éloge de Margaret qu'il appelait Britanniae decus – n'intégra pas la correction qu'elle avait faite dans ses éditions successives des œuvres de Cyprien?