Actualités Moreana Gazette Thomas More Thomas More Amici Thomae Mori Librairie



Adhésion & Renouvellement
  • Liste des Membres


  • Origine et Objectifs
  • Fondateurs & Symboles
  • Compagnons de Thomas More
  • Conseil d'Administration


  • Germain Marc'hadour
  • Cursus et Ouvrages
  • Voyages
  • Catholic Digest - janv. 1968
  • Photos


  • Galerie d'art
  • Quinzaine Bruxelles 1962
  • 'l'Univers de Thomas More'
  • Oeuvres diverses


  • Obituaire
  • Clare M. Murphy
  • John Richard Cavanaugh
  • Henri Gibaud
  • Dick Shoeck


  • Liens Web
    Contact



    Les Heures de Germain Marc'hadour
    (à partir d'un extrait du n° 100 de Moreana - 1989)
    par Marie-Claude ROUSSEAU, complété par le Père Germain Marc'hadour

     

         1921: Germain Marc'hadour naît le 16 avril, à Langonnet, dans les collines du Morbihan. Second d'une famille de cinq enfants, il grandit dans un milieu bilingue, français et breton. Ses parents, Yves et Marie, sont artisans commerçants: leur patronyme "Marc'hadour," du latin mercator, signifie en breton "marchand."
         1935: Premier contact avec Thomas More, année de sa canonisation que G.M. découvre dans le Petit Larousse Illustré, reçu en cadeau de Noël.
         1967-1943: Après ses études au Petit Séminaire, G.M. entre au Grand Séminaire de Vannes. Il fait trois intérims d'instituteur pendant la "drôle de guerre," sans interrompre la théologie.
         1943: Arrivé le 3 novembre à Angers pour y préparer, à la demande de son évêque, une licence d'anglais à l'Université Catholique de l'Ouest, l'occupant l'oblige à apprendre l'allemand comme 2ème langue.
         1944: Ordonné prêtre le 18 juin, 12 jours après le débarquement des forces alliées en Normandie. Le 4 août, il rencontre pour la première fois des Américains : des soldats du Général Patton venus libérer son village natal.
         1945-1952: Muni d'une licence ès lettres, obtenue en juin 45, il enseigne l'anglais et un peu l'espagnol à Pontivy (Morbihan), où il est aussi aumônier de prison. Le dimanche, il enfourche sa moto pour aider les confrères dans leurs tâches pastorales. Août 1946: premier séjour en Angleterre. Il passe les étés 48, 49 et 52 en Allemagne comme aumônier militaire par intérim auprès des Forces Françaises: Palatinat, Forêt Noire, Berlin-Ouest. Autant attiré par Newman et Chesterton que par More, avec lesquels il commerce lors de son premier été à Londres, c'est sur Thomas More: Humanist and Educator qu'il se décide à rédiger un mémoire en vue du Diplôme d'Etudes Supérieures obtenu à Rennes en janvier
         1951: Ses premières recherches au British Museum lui révèlent que More y est plus ou moins méconnu.
         1952-1953: Le cours d'Histoire de la Langue que lui confie l'Université Catholique de l'Ouest ("la Catho") le conduit à Lyon pendant huit mois, et à University College, Londres, où il obtient un diplôme de Phonétique internationale en décembre 53.
         1954: le 2 février, premier cours à la Catho, dans le département d'anglais, où il enseignera la philologie et la traduction, le thème surtout. En 1958, paraîtra une version ronéotée en 292 pages de son cours sur l'Histoire de la langue anglaise, ouvrage maintenant épuisé.
         Le 1er mars, il s'installe 49 rue Pascal avec sa mère - qui y mourra le 16 mai 1959 - avant d'habiter, à partir du 1er mars 1960, au 29 rue Volney.
         Avril 1955: Il lance la première d'une série de sessions pédagogiques qui réuniront, au fil des années, des ^professeurs d'anglais du secondaire à Angers, Rennes, Vannes ou Le Mans.
         1956: Pendant deux ans, il fera le trajet Angers-Tours pour y poursuivre, au Centre de la Renaissance, alors dirigé par Pierre Mesnard, son exploration du seizième siècle.
         1956 est aussi l'année où paraît son premier article: "Thomas More et les Etats-Unis," Etudes Anglaises, Paris, suivi d'autres essais publiés dans The Clergy Review (Londres 1957, 1958).
         Février 1959: Elizabeth F. Rogers ayant signalé ces travaux à Richard S. Sylvester, G.M. est invité à participer à l'édition des Oeuvres Complètes de More dont le projet vient de naître à Yale University.
     
    Années 60
     
         1960: Exposition Thomas More à Angers, en mai, assortie de 4 conférences. Le 1er juillet, G.M. assiste à la première de A Man for All Seasons, au Globe Theatre de Londres.
         Septembre 1960-décembre 1961: Le 8 septembre, G.M. s'embarque pour les USA et séjourne quinze mois à Yale. Il y prépare l'édition critique de Supplication of Souls. Boursier "Fullbright," il en profite pour explorer les fonds moriens de Washington, Chicago, Los Angeles, San Francisco et Toronto... Il publie, en février 1961, dans Drama Critique (Detroit), le texte de sa première conférence aux USA (Yale, octobre 1960) sur A Man for All Seasons que l'Amérique vient de découvrir. Il rentre en France à Noël 1961 avec la matière de deux livres: 1) des traductions de textes moriens anglais et latins, ce qui sera le Saint Thomas More publié en 1962 à Namur; 2) une chronologie de 588 pages: L'Univers de Thomas More (1477-1535), qui paraîtra chez Vrin, Paris, en 1963.
         Septembre 1963: Secrétaire International des Amici Thomae Mori, association fondée à Bruxelles le 29 décembre 62 avec six autres scholars de diverses croyances et de divers pays, G.M. lance Moreana, bulletin bilingue (anglais-français), simple trait d'union qui prend vite de l'ampleur et devient une revue savante d'audience internationale.
         En hommage au travail de compilation et d'édition dont Moreana est le fruit, plusieurs spécialistes moriens dédieront leurs ouvrages à G.M.: E.E. Reynolds, The Field Is Won, Londres, 1968 ; Francisco Lopez Estrada, Tomas Moro, Madrid, 1980 ; Fernando Mello Moser et José V. de Pina Martins, Thomas More au Portugal, Lisbonne, 1983 ; Utopia bilingue, Cambridge, 1995.
         A partir de cette année, conférences dans la plupart des grandes villes américaines ainsi qu'au Canada. Bénéficie de plusieurs bourses (Folger, 1963, 1966; Huntington, 1965). Son entrée dans le Who's Who in Europe de 1964-65 atteste sa réputation internationale. Il est interviewé en août 1965 à la télévision de San Francisco, avec R.S. Sylvester & R.J. Schoeck, à propos de More, Erasme et Luther. Il anime un séminaire "Early Tudor Humanism" à la Catholic University of America, Washington, dans l'été 67.
         Jan. 1968: Moreana et son directeur font l'objet d'un reportage dans Catholic Digest. G.M., "Friend of the Saint" (pp. 63-68), y est représenté, en couverture, "a slight fortyish Breton with a boyish smile," avec pour toile de fond le portrait de More par Holbein.
         Mai 1969: Docteur ès-Lettres, Université de Paris-Sorbonne, avec "les félicitations unanimes du Jury" pour sa thèse principale Thomas More et la Bible, imprimé chez Vrin et une thèse complémentaire, Thomas More vu par Erasme, tirée sur roneo à 100 exemplaires.
     
    Années 70
     
         Le temps libre que lui laissent son enseignement à la Catho où lui est conféré le grade de professeur en 1970, l'édition de Moreana et son ministère de prêtre, il le consacre à la publication de livres et articles, et à divers voyages à l'étranger, avec pour point culminant de ses activités les célébrations du cinquième centenaire de la naissance de More en 1977 et 1978.
         1970: Il remplace pendant trois mois un missionnaire dans la brousse, en Guyane française, où enseigne sa sœur religieuse. Il y traduit quelques textes liturgiques en "galibi", avec l'aide enthousiaste de jeunes écoliers amérindiens.
         1972: Nouveau séjour à la Folger. Parution du Guide to More's London.
         1973: Pèlerinage en terre Sainte, comme aumônier d'un groupe scolaire.
         1974: G.M. signe l'article de 3.000 mots "Thomas More, Sir, Saint" de l'Encyclopedia Britannica.
         1975: "Visiting professor" à Sherbrooke, Canada, et a l'University of Georgia, USA, 6 semaines dans chacune.
         1976: Co-éditeur avec R.S. Sylvester d'Essential Articles for the Study of Thomas More, qui paraît à Hamden en fev. 1977, révisé pour l'édition de 1994.
         1977: Organise à Angers le Congrès International Thomas More, 13-20 avril, et rédige 56 pages du Catalogue de l'Exposition.
         1977-1978: Tournée de conférences en Pologne, en Grande-Gretagne, aux USA, en Nouvelle-Zélande, en Australie, au Japon, en Belgique. La décennie du centenaire morien le conduit deux fois à Paris pour figurer au jury des Dossiers de l'Ecran avec, au programme, un film sur Henry VIII et un autre sur Thomas Becket, le martyr auquel More se réfère dans sa dernière lettre.
     
    Années 80
     
         1981-85: Parution du Dialogue Concerning Heresies, co-éditeur avec T.M.C. Lawler et R.C. Marius, Yale U.P., 1981. Puis série de "pèlerinages moriens": Argentine, 1982; Espagne et Portugal, 1983; et en 1985, à l'occasion du cinquentenaire de la canonisation de More et John Fisher: mai, Rome; juillet, Londres; août, Wolfenbüttel (RFA) pour le Congrès néo-latin; septembre-décembre, les USA, dont cinq semaines à l'automne comme "distinguished visiting professor" à Auburn University, Alabama.
         Edition, avec Roland Galibois, de Erasme de Rotterdam et Thomas More: Correspondance, Université de Sherbrooke, 1985.
         1986: Il achève l'édition critique et Supplication of Souls, qui ne paraîtra qu'en 1990.
         1987-88: Il figure dans la septième édition du Nouveau Dictionnaire Biographique Européen et il partage ses activités professionnelles entre un peu d'enseignement et beaucoup d'édition: non seulement celle de Moreana, qui totalise quelque 12.000 pages (avec l'aide du C.N.R.S. pendant une dizaine d'années), mais aussi celle de monographies "seizièmistes," issues du Moreanum, laboratoire qu'il dirige au sein de l'Institut de Recherche Fondamentale et Appliquée de l'UCO. Ces dernières années, sans refuser des conférences qui l'amènent à reprendre de temps à autre son bâton de pèlerin pour la cause morienne, il consacre une bonne partie de son temps ("Ceci est mon temps, prenez et mangez" est une de ses maximes) à accueillir dans son antre - "his lair" comme disait R.S. Sylvester - amis et chercheurs de passage. Adoubé chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques, le 18 mai 1988, il participe, en août, au 7ème Congrès d'Etudes Néo-Latines, à Toronto, et passe l'automne à l'University of Rhode Island comme Professeur invité. Il y est fêté par un colloque: A Scholar for All Seasons. A son retour en décembre 88 il souhaite être libéré de ses tâches d'éditeur de Moreana pour cultiver, d'autres manières, son jardin morien.
         Décembre 1988: Marie-Claude Rousseau "édite" un numéro spécial d'Impacts, revue de l'UCO, intitulé "Les 25 ans de Moreana."
         Octobre 1989: Clare Murphy et Henri Gibaud co-signent un volume de Miscellanea Moreana.
     
    Années 90
     
         Mai 1990: vernissage de Miscellanea Moreana à l'UCO, avec 5 communications.
         1990: Publication à Yale de CW7, qui contient A Supplication of Souls, "édité" par G.M.
         1991, 16 avril: les 50 ans de G.M. sont célébrés à Brest par le vernissage de l'Utopie en version bretonne ; G.M. parle de More en breton à la télévision.
         1991: Paraît la première Thomas More Gazette en format magazine.
         1992, année de Christophe Colomb: G.M. intervient aux Etats-Unis, à Lisbonne, Tokyo, Sydney, la Nouvelle Zélande, et les Philippines. A londres et Rotterdam aussi pour le centenaire de l'ordination d'Erasme.
         Il demeure directeur de Moreana, dont Clare Murphy devient editor / rédactrice en chef.
         1993: L'abbé Le Ny offre à G.M. un séjour en Italie, avec séance de travail à la Biblioteca Vaticana, et concélèbration avec Jean-Paul le 15e anniversaire de son élection.
         1994: Centenaire de William Tyndale : G.M. y participe à Oxford et Washington.
         1995: G.M. reçoit la Thomas-Morus-Medaille durant le congrès des Amici à Mayence.
         1996: G.M. préside le 75e anniversaire d'un College dans le Kentuchy qui, en devanant mixte, a pris le nom de S. Thomas More. Il parle aussi à Pittsburg, Washington, Baltimore et New-York.
         1997: Paraît Prions avec Saint Thomas More
         1998: Praying with St. Thomas More et St. Thomas More: Utopia (CNED)
         1999: Doctorat en théologie honoris causa